facebook
menu

SM 1970 Vs BMW CSI 3.0 1972


Mon ami Yannick pour qui je restaure sa DS, vient me rendre visite le 19 juillet 2011 avec sa BMW 3.0 CSI de 1972. C’était une des concurrente directe de la SM, même si la SM chassait un peu en solitaire, car véhicule sportif mais de haut de gamme. L’occasion de les comparer. Attention, je n’ai absolument pas la veine d’un journaliste automobile, mais le temps d’une séance, je m’y suis prêté. Je donne ici mon avis (pro Citroën de toute façon), mais aussi celui de Yannick. Pour la puissance, je m’en suis remis à ses impressions. Il a l’habitude de conduire sa BMW, en essayant pour la première fois une SM, il a su me donner un avis neutre. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, ma SM a un comportement moteur plus agréable que la BMW. La plage de couple du Maserati est plus basse et plus étendue. Le Moteur BMW est plus puissant dans les extrêmes tours (entre 4 et 6000). En clair, a fond, l’avantage revient à la BMW, mais en utilisation pas trop sportive, la SM reprend l’ avantage. Malgré ses 30 CV de plus (200 contre 170 pour la SM), un 3 litres contre un 2.7l pour la SM, et 80 kilos en moins pour la BMW, la SM reste plus agréable dans les plages d’utilisation quotidienne. Incroyable. Niveau consommation, là aussi la SM fait mieux que la teutonne. Côté habitacle, la planche de bord de la BMW est sommaire, au design faible, et à la finition franchement catastrophique. Yannick me précise que c’est Karman-Ghia qui construisait ces BMW là, d’ou la mauvaise qualité de finition par rapport aux constructions maison mère. La SM de ce côté là est noble, au design avant-gardiste. Inutile de vous dire qu’au niveau du comportement routier, agrément de conduite la SM renvoie au placard de la désuète la BMW (position de conduite, direction, freinage, confort). Le comportement routier de la BMW reste cependant très sain, sauf sur mouillé évidement, je la trouve très sécurisante et somme toute assez confortable. Je m’attendais à pire, la BMW m’a surpris en bien, même si elle reste en deçà de la SM. La sonorité du Maserati est bluffante, celle de la BMW n’a pas vraiment de race (elle miaule haut dans les tours, plus discret à bas régime, le sang Italien parle !!!! Mais la ligne de la BMW est mélangée de douceur et d’agressivité. Je la trouve très bien réussie. Niveau ligne de la SM, on aime ou on déteste… (moi j’adore). Là c’est une affaire subjective. En tous cas, la SM n’a pas à rougir face à la BMW sous tous les points de vue. On peut même dire que la SM domine de façon spectaculaire. Allez, trouvons des avantages à la BMW quand même, vu la simplicité de la mécanique, c’est évident, la BMW sur le plan fiabilité massacre la SM, cela reste son grand avantage. Quand on sait qu’une SM correctement restaurée est très fiable, on arrive à dissiper cet état de fait. Et si l’on devait vraiment approcher les deux comparaisons, on devrait prendre une SM IE avec 10 CV de plus et la souplesse de l’injection électronique, la SM creuserait encore plus l’écart !!!!