menu

DS 23 IE BVH PALLAS 1974 RESTAURATION INTÉGRALE 15.


DS 23 IE BVH PALLAS 1974 RESTAURATION INTÉGRALE 15.

La restauration de ma DS 23 IE équipée avec le plus d’options possible au catalogue Citroën a été bien laborieuse. J’en ai profité durant l’été 2016, j’ai parcouru 4600 kilomètres, sans le moindre soucis, m’étant même rendu sur Paris avec. Mais il me restait encore des détails à améliorer. Des petites améliorations, des ajustements et un gros boulot. Je devient de plus en plus exigeant, et donc je m’impose de fignoler toujours et encore plus.

Le gros boulot, fut de faire équilibrer le moteur. En septembre 2015, j’ai découvert ce procédé et depuis, je le fait systématiquement même si le vilebrequin ne nécessite pas d’être rectifié. Le moteur DS change complètement, avec une réduction de bruit et vibrations assez significative. Sur ma DS Prestige, l’ayant fait un an après avoir parcouru 5000 kilomètres, ce n’était plus la même voiture. Il m’a fallut 50 heures de travail pour tout ressortir et faire équilibrer le vilebrequin, volant-moteur et embrayage. Je pense être le seul fou sur la planète à tout ressortir juste pour cela, sachant que la DS fonctionnait du tonnerre. En plus sur une DS IE, BVH et climatisée, je ne vous dit pas l’usine à gaz.

J’en ai profité pour changer la direction, car elle faisait « conjoncter » la DS toutes les 6 secondes. Achetée refaite par un pro, elle ne va pas (comme très souvent). D’où le fait que je me suis lancé dans la révision et tests poussés de mes propres directions (cliquez ici). Depuis le changement, elle conjoncte toutes les 38 secondes. Plus rien à voir.

Le reste ne sont  que des améliorations esthétiques. Changement de la lunette arrière pour une neuve.  J’avais conservé l’originale mais le dégivrage ne fonctionne plus et elle avait des petites raies. La console de climatisation ne plaquait pas bien contre la planche de bord, avec le temps, elle avait tendance  s’affaisser. Pourtant j’en avait passé du temps à la fixer. J’ai dû cette fois consacrer pas moins de six heures pour tout revoir. Elle ne devrait plus bouger, plaque parfaitement et s’éclaire en vert grâce à des petits cache-ampoule que j’ai rajouté. D’origine, il n’y en a pas et je trouve que la lumière trop blanche contraste avec le vert du reste de la planche de bord. De plus, j’ai du faire fabriquer les boutons de commandes comme d’origine en alu…Ils étaient manquants lors de l’achat de cette climatisation DS.

Encore des petits détails, pose des klaxons à compresseur, plus que limite à cause de la climatisation, la place est très limitée. Et là, j’y ai rajouté ma touche personnelle. En faisant reproduire la petite étiquette de maintenance des klaxons. Plus que ultra-rare, quasiment personne ne soupçonne même son existence. Maintenant, c’est une étiquette de plus que je rajoute à ma collection (cliquez ici).

Bref, ce sont près de 200 heures de plus que j’ai consacrées à ma DS 23 pour la rendre la plus parfaite possible entre juillet et décembre 2016. J’ai comptabilisé plus de 1500 heures de travail à moi tout seul… Le prix de revient est astronomique……. Je ne recommencerai plus 🙂

Il faut reconnaître que restaurer une DS  haut de gamme, de haut niveau devient de plus en plus inaccessible…Ne vous étonnez pas de voir dans des ventes aux enchères prestigieuses, s’envoler le prix des DS injection comme neuves.

Vivement le printemps prochain pour la rouler à nouveau, en attendant, un bon hivernage à toutes nos autos.

 

 

LES AUTRES PUBLICATIONS CONCERNANT CETTE VOITURE :